07/09/2017

Echappée Belle (traversée nord)


Après un aller-retour le we du 15 aout à Nantes, qui n'a pas produit de trombose, une bonne nouvelle, mes chaussettes de mémé me préservent depuis maintenant 3ans de tout risque d'embolie, ce qui est préférable pour la suite du programme…

J'entame une quinzaine de non récupération grâce à la série Home Land, que nous découvrons en même temps que son effet addictif. L'intrigue est assez proche de scooby- doo sauf que chaque épisode fini par un rebondissement qui me bousille mes nuits à me demander "qu'est ce qui va bien s'arriver"…

Sinon pour être bien hors sujet, je m'entraine sur le Taillefer qui a plusieurs avantage, hyper beau, jolie vue sur Belledonne entre autre, permet de grimper rapidement au-dessus de 2500m et surtout pas de troupeau avec des patous… l'allure est toujours cool, peut-être trop …

La pluie annoncée depuis une semaine pour le samedi, m'incite à étudier les parcours de replis que je n'ai jamais pratiqués. Finalement elle nous réveillera à l'hôtel d'Allevard vers 4h du matin peu avant notre réveil, l'averse est soutenue.

La montée en voiture au Pleynet me donne deux infos, à 6h :
  1. il faut une bonne frontale la nuit est encore bien sombre
  2. il ne pleut plus.

Florent commence le briefing quand nous arrivons avec Céline, l'échauffement consiste à rejoindre l'arche et de bien se placer. Florent semble satisfait du déroulement de l'ultra, seulement 5 interventions en hélico pour le moment.

J'aperçois Samuel au milieu des coureurs et François Lachaux qui m'avait en 2012, permis de réaliser une reconnaissance de la Montagn'Hard (mon 1er trail de plus de 100km). Il vient de gagner "un tour en terre du jura" (119km) en juillet 2017.




Départ – Gleyzin (ravito 1) : 17,6km 1314md+

Le départ est rapide, je m'accroche d'entrée au groupe de tête pour sentir les choses, voir les coureurs et pour finaliser mon échauffement. Je n'avais pas repérer la boucle dans la station bien qu'annoncée au micro, pour dire que je suis sourd sous l'arche, déjà en mode bourrin…

Du coup je ralenti et ai envie de dire aux autres que l'on s'est trompé, bon pour pas passer pour un con je m'abstiens, heureusement car on redescend dans la station, où je recroise Céline qui elle avait bien entendue l'information.

D'ailleurs, elle remercie l'organisation pour la première distribution de brioche et de thé, aucune course n'offre autant de confort pour les accompagnateurs, quand on voit le peu de considération qu'elle a eu sur le TOR (un très bon point pour l'Echappée Belle).

En attendant, je prends pied sur ce chemin que je retrouve avec plaisir, l'année passée j'avais mis 18h30 pour rejoindre Aiguebelle avec la première partie dans les pattes.

Mon objectif est bordé par deux chronos celui de 3ème 2016 : 14h (pour faire 3ème comme sur l'UT4M 100) et le 6ème : 16h (car il est remonté depuis la 25ème place ce qui correspond souvent à ma manière de courir).

Je double François Lachaux qui me repassera dans la montée au refuge de Valloire. Dans cette montée je retrouve un coureur rencontré sur la challenge Drome en 2015, Emmanuel Faucon, on se suit jusqu'au Chalet, je prends de l'eau à la fontaine puis laisse filer Emmanuel plus en jambes.

Je le retrouve dans la descente sur le Gleyzin, on croise Anthony Cottier et François Lachaux qui quittent le ravito 1 en direction du refuge de l'Oule, j'encourage François.

Je pointe juste avant Emmanuel, il file dans le bâtiment du ravito, je reste avec Céline à l'extérieur. Tout va bien, on fait très vite.
Classement Gleyzin :
Coureur
class
temps
Anthony COTTIER
1
2:13
Francois LACHAUX
2
2:18
Maxime CHANOZ
3
2:19
Johan THOMAS
4
2:20
Leo MONTEGANI
5
2:20
Maxime GAUDUIN
6
2:20
Xavier GIRAUDEAU
7
2:21
Emmanuel FAUCON
8
2:21
Etienne DOMMANGET
9
2:23
Olivier RIO
10
2:24


Gleyzin (r1) – Périoule (r2) : 27,3km 2507md+

Maxime Gauduin est accompagné d'un pote je les retrouve sous le refuge de l'Oule où une averse m'incite à mettre la veste.

Au refuge, on m'indique les pichets d'eau préparés pour les coureurs, ça me permet de prendre 500ml (merci !), je rattrape François qui coince un peu, il interpelle un coureur pour connaître sa course car son dossard est d'une couleur différente, Maxime Chanoz lui répond un peu sèchement (ambiance compét').



Au pied de la pente finale de la montée du Moretan, Simone Musazzi et un autre coureur me doublent proprement !

Emmanuel me rattrape et m'explique qu'il a dû faire demi-tour pour récupérer son sac en sortant du ravito 1. On discute une dernière fois ensemble, il fait la course sans bâton pour préparer la diagonale des fous.

Bref, c'est la foire entre les coureurs du 144km plus lents et les speedy gonzalès du 85km… avec tous ces changements je suis incapable de connaître ma place, d'autant qu'on me pointera 39ème au Moretan sur le live.

Sous le col de Moretan, j'enlève ma veste, dans la manip' je laisse tomber une bouteille, Olivier RIO (sans bâton) me la ramasse, je le félicite pour sa remontée, peu enclin à converser, il ne connaît pas le parcours et ne perd pas de temps ni à me parler, ni à descendre le col où je découvre avec tristesse qu'il n'y a plus de névé cette année, depuis 2012 c'est la première fois que je vois ça...

La moraine est équipée d'une corde qui sécurise la descente, je ralenti pour ne pas gêner les coureurs du 144km qui en ont bien besoin.

Arrivé au Périoule, ça se bouscule au pointage, je suis suivi de très près, raison de plus pour limiter le temps de ravitaillement, dommage c'est l'un des lieux les plus agréables lorsque l'on est sur le 144km surtout la nuit.

Pas de banane au ravito et beaucoup de coureurs, je remplis mes bouteilles comme prévu et file en prenant une barre de pâte d'amande (cette fois-ci c'est une erreur, je sens que ça ne passe pas).

Classement Périoule :
Coureur
class
temps
Anthony COTTIER
1
4:18
Simone MUSAZZI
2
4:35
Leo MONTEGANI
3
4:35
Johan THOMAS
4
4:40
Emmanuel FAUCON
5
4:40
Maxime CHANOZ
6
4:41
Fabien CONTRE
7
4:42
Olivier RIO
8
04:43
Xavier GIRAUDEAU
9
04:43
Pierre CHALEYER
10
04:43

Etape Gleyzin – Périoule : 2h22 (13ème temps)


Périoule – Super Collet : 37,3km 3270md+

Il est presque 11h du matin, il fait beau la montagne est belle, cette vallée est magnifique et les coureurs courent, la cadence imprimée pour quitter les Périoules et filer dans la foret du bas est soutenue… chacun souhaitant fuir et rattraper les autres joueurs.

La descente m'est favorable, je suis plus à l'aise que certains, je rattrape ainsi 4 coureurs au barrage dont Maxime Chanoz qui finit par me laisser passer.

Au plan de l'Ours, je continu d'encourager les participants de l'intégral, sur cette piste, la réverbération me chauffe la gueule, mon estomac n'a pas aimé la mini barre d'amande, le bol alimentaire est bloqué, …

Dans la montée au Super Collet, j'aperçois Emmanuel à 50m de dénivelé, mes forces s'effondrent et je dois me résoudre à ralentir, un début d'hypoglycémie (vertige) et de déshydratation (j'ai soif d'eau plate…) – la bouffe et l'eau sont bloqués dans mon estomac, plus de carburant dans la suite du circuit…

C'est dur de décrocher, Yann Guillerm me double dans la montée avec une marche efficace, suivi d'Oliver Rio et de Maxime Chanoz…

Quand ça bascule sur le refuge de Pierre CARRE mes bonnes sensations en descente ont disparues, je suis à la ramasse complet et me tire sur la gueule pour rejoindre le Super Collet.

Céline me récupère comme un sac à patate, je suis à 2 doigts de l'abandon, un plat de pâtes, un peu de banane, de l'eau et de la boisson sport diluée et je reprends le file de la course.

Pris de doute, "à 44 piges à quoi bon courir après des mecs de 30ans, … aucun intérêt, c'est n'importe quoi la compétition…"

Classement Super Collet :
Coureur
class
temps
Anthony COTTIER
1
5:54
Leo MONTEGANI
2
-
Simone MUSAZZI
3
6:17
Maxime CHANOZ
4
6:18
Emmanuel FAUCON
5
6:19
Yann GUILLERM
6
6:22
Olivier RIO
7
6:24
Xavier GIRAUDEAU
8
6:32
Johan THOMAS
9
6:32
Audrey TANGUY
10
6:33

Etape Périoule – Super Collet : 1h49 12ème temps.


Super Collet – Férice : 46,3km 4550md+

C'est ainsi que j'entame la suite pas convaincu de poursuivre si les sensations restent aussi médiocres, heureusement ça monte et donc pas de secousses pour l'estomac bien plein…

Devant, la 1ère féminine et son compagnon de course ont entre 15 et 20min d'avance.

Je marche jusqu'à la bascule sur le Col Claran, je double l'organisateur du Trail du Mont St Michel (73) et l'encourage, il est sur l'intégral et m'interroge sur le dénivelé négatif qu'il reste jusqu'à Val Pelouse… "heu, pas mal…".

Au Col Claran, les familles récoltent les myrtilles et les framboises, la meilleure activité du jour, comme une envie de me servir dans leurs récipients…

Je double un sénateur Grenoblois du TOR, qui le prépare avec l'intégral "très bon choix !", un peu d'eau au refuge Claran.

Le plaisirs revient, cette vallée me plait, les sensations reviennent en descente, je peux à nouveau être à l'aise.

La remontée au refuge des Férices se fait toujours en encourageant les coureurs de l'intégral, pas de 85 en vue.

Petit salut aux bénévoles et remplissage des bouteilles avec la source, je bois bien pour diluer la bouillie qui remplit mon estomac…

Classement Férices :
Coureur
class
temps
Anthony COTTIER
1
7:57
Yann GUILLERM
2
8:04
Leo MONTEGANI
3
8:10
Emmanuel FAUCON
4
8:15
Maxime CHANOZ
5
8:17
Simone MUSAZZI
6
8:21
Olivier RIO
7
8:23
Audrey TANGUY
8
8:26
Pierre CHALEYER
9
-
Xavier GIRAUDEAU
10
8:37

Etapes Super Collet – Férices : 2h05 (12ème temps).

Jeroen KROSSE fait son apparition dans le classement live, inscrit sur le 85km, il déboule après un pointage au départ, directement aux Férices sans pointage intermédiaire avec un temps de passage en 5h18, il bouleverse un peu trop le classement, le suivi live s'enflamme et les contrôleurs sont obligés d'intervenir. Il trouvera toujours le moyen de repartir. Il sera pointé pour la dernière fois au Pontet (dernier ravito) en 2nde position. J'attends de voir sa trace sur Strava pour découvrir son secret… sacré Pacer (ou pas).


Férice – Val Pelouse : 54,4km 4900md+

Sans trop me forcer, je suis zen dans cette partie, le souvenir de la tendinite de 2013 reste présent mais depuis, j'en ai eu d'autres dont une bonne reconnaissance en 2016 avec Céline, ça me berce jusque sous les Grands Moulins.

Les jambes sont revenues à un rendement qui permet de prendre courir sans aucune souffrance, juste la joie d'y être de sauter sur les blocs et cavaler sur le sentier.


Loïc m'encourage 2km avant Val Pelouse, je suis en train de gueniller avec une clôture à vache qui s'est bloquée dans la fermeture de mon sac (qui sera ouvert). Ca me fait bien plaisirs de tels encouragements, il attend ses potes du BGSA dont Samuel. Il m'annonce 10 ou 11ème .

J'arrive en forme à Val Pelouse, Céline est surprise après m'avoir quitté à la ramasse au Collet, elle découvre mon regain de motivation, j'ai la dalle… (un plat de pâte dans le gosier).

Maxime Chanoz qui me vouvoie (merde je suis vieux ou quoi ? je crois bien qu'oui) m'annonce que 2 coureurs arrêtent, que lui-même va s'arrêter et que je serais donc 6ème ….

C'est confus, Céline m'annonce 11ème mais comme Jeroen KROSSE ne serait pas compté malgré le classement live, je serais donc 10… avant les abandons…pff trop compliqué les soustractions.

Classement :
Coureur
class
temps
Yann GUILLERM
1
9:37
Anthony COTTIER
2
9:49
Emmanuel FAUCON
3
9:57
Simone MUSAZZI
4
9:57
Olivier RIO
5
10:09
Maxime CHANOZ
6
10:13
Audrey TANGUY
7
10:19
Leo MONTEGANI
8
10:19
Pierre CHALEYER
9
10:19
Xavier GIRAUDEAU
10
10:22

Etape Férice – Val Pelouse : 1h45 (4ème temps) – les sensations reviennent bien.

Maxime CHANOZ et Leo MONTEGANI abandonnent à Val Pelouse. Je suis en réalité 8ème quand je repars.

Val Pelouse – Pontet : 71km 5720md+

Je quitte Val Pelouse avec en ligne de mire à 500m Audrey Tanguy et Pierre Chaleyer.

Deux coureurs du 144km m'indiquent que mon sac est ouvert (glups… ma frontale ?)…ils me le referment et c'est reparti.

La 1ère féminine est doublée sur la crête, elle aussi n'a pas de bâton, Loïc est dans la descente pour m'encourager à nouveau ! Trop bon. Il me dit que Samuel est au refuge.

Je fais au mieux dans la descente jusqu'aux sources du Gargoton, pas mal de ramasseurs de fruits sauvages, quelques coureurs du 144km très détendus qui passent un bon moment pour certains, plus difficile pour les solitaires.

Aux sources, je n'ai pas l'écart quand je trempe ma tête dans l'eau, Audrey T est toujours en vue, très proche (donc en forme en descente).

Heureusement ça grimpe au soleil jusqu'au col de la Perche, des coureurs du 47km (partis d'Allevard le matin) et du 144km me laissent filer, on s'encourage.

Devant un randonneur aux cheveux blancs s'évertue à ne pas se laisser rattraper jusqu'au pointage du col, il y arrive, je suis sec…

2nd coup de chaud, la 1ère féminine est un peu distancée.

La suite est plus roulante jusqu'à la montée du sommet du Chat, elle ne réapparait pas quand que je suis au sommet, la bascule sur l'autre versant est un soulagement, l'espoir de trouver de l'eau au pointage qui suit, j'arrive les deux bouteilles à la main, on m'indique une source 1km plus loin… je suis sec de chez sec… car je ne bois plus ma boisson sport même diluée elle ne passe pas.

La source est un ruisseau, je ne minaude pas et fais comme les autres, une demi bouteille me suffira pour remplacer ma boisson.

Dans la descente vers le Pontet, je constate que les pieds vont bien, contrairement à l'année passée, cette fois-ci je n'ai pas d'ampoule (en 2016 Olivier MORIN m'avait déposé dans les parties raides), je peux envoyer et doubler Pierre C qui s'est arrêté pour s'occuper de son sac.

Vu l'allure de ce duo mixte, je me décide d'accélérer, la partie roulante qui suit pourrait leur être favorable.

Céline me réconforte et m'encourage au Pontet, il y a comme sur les autres ravitos beaucoup trop de monde je ne distingue aucun coureur, elle me dit qu'Anthony est allongé car il a des crampes, que le 3ème V1 va repartir dans la minute.

Je gloutonne une banane, bois beaucoup, prends 3 gels et 1 barre pour finir.

Il est 19h15, Céline me dit que la nuit ne va pas tarder, je lui demande de chercher ma frontale dans mon sac et lui dit d'arrêter car je suis persuadé de l'avoir perdue, je prends ma frontale de secours, sur la tête.

Classement Pontet :
Coureur
class
temps
Yann GUILLERM
1
12:11
Emmanuel FAUCON
2
12:39
Simone MUSAZZI
3
12:39
Anthony COTTIER
4
13:01
Olivier RIO
5
13:07
Xavier GIRAUDEAU
6
13:12
Audrey TANGUY
7
13:23
Pierre CHALEYER
8
13:23
Jean-Jacques MEYRONEINC
9
13:37

Fabien CONTRE
10
13:57

Etape : Val Pelouse – Pontet 2h50 4ème temps.

Pontet – Arrivée : 84km 6186md+

Olivier RIO (3ème V1) repart devant moi, il est accompagné de ses enfants, il a deux flasques dans les mains, j'ai deux batons…

On est en mode warrior, on ne se parle pas, c'est le jeu du bluff, je le double rapidement avant le passage raide, car je sais qu'il n'a pas fait de reconnaissance et cette partie est suffisamment difficile pour casser le moral alors j'attaque dans le dur pour disparaître de sa vue.

C'est confus dans ma tête niveau classement, je ne sais pas vraiment combien je suis peut être 4ème, 5ème voir 3ème ??

Les coureurs du 47km sont cools et plus causants que les derniers solitaires du 144km qui en finissent, ça déconne dans les petits groupes, enfin bon esprit, on s'encourage.

La bascule dans la descente finale se fait au commencement de la nuit, ma frontale ne m'éclaire même pas les pieds, les piles neuves sont dans le sac et je n'ai pas envie de m'arrêter…

Les autres ont des phares sur la tête, je fini par me résoudre à prendre les piles neuves et rechercher au fond de mon sac la stoots qui n'est finalement pas tombée !! Youpi, la fin se fera à bloc avec un bon éclairage, une dernière source dans un hameau et le final est là…

Je franchi la ligne en arrivant taquet, complètement à l'ouest, y a beaucoup de monde, je tape un peu trop violemment dans la cloche (je m'excuse un peu trop tardivement ici pour la chute…).

Bref, c'est n'importe quoi, je rentre dans le stand, discute avec Sébastien Longaret qui est en passe d'être le 1er finisher des finishers de l'UMNT, retrouve Céline, aucune idée de mon classement sur le 85km….

A la douche je rencontre un pote à Mika qui a ravitaillé Simone (TORiste aussi), le monde est petit…


On se cale le repas d'arrivée avec Céline, très bon, je ne suis pas plus persuadé d'être encore motivé pour courir après les autres…sur une course, enfin, c'est confus.

Je vais surement rester sur des parcours qui ont de la gueule et celui-là, ben, c'est le plus beau à côté de la Casa…

Merci Florent et son équipe vous assurez et comme le dit Céline, pour l'assistance c'est du jamais vu.

Classement final :

Coureur
Class
temps
Yann GUILLERM
1
13:46
Simone MUSAZZI
2
14:23
Emmanuel FAUCON
3
14:30
Xavier GIRAUDEAU
4
15:01
Olivier RIO
5
15:10
Audrey TANGUY
6
15:44
Pierre CHALEYER
7
15:45
Jean-Jacques MEYRONEINC
8
15:51
Fabien CONTRE
9
16:04
Samuel LE BAHER
10
16:09
Etape Pontet – arrivée : 1h49 4ème temps.

Si je regarde mes temps de passage, j'ai vraiment relancé à partir des Férices (46,3km).

Au final, la place est bonne mais j'ai merdé avec mon alimentation et mon hydratation qui m'ont bien fait ralentir, gagner la 3ème place n'était pas jouable, Emmanuel a toujours été plus rapide.

Peut être qu'avec :
- une meilleure forme j'aurai pu mieux respecter le plan de Julien sur juillet et aout;
- un peu de fraîcheur (plus de sommeil récupérateur);
- un peu de conviction et de détermination...

J'aurai pu faire un peu mieux, les 3 devant étaient vraiment dans le coup, ...

Ca me donne un nouveau temps de base entre le Pleynet et Aiguebelle, pour une éventuelle 3ème participation sur l'intégral…

Merci aux photographes, pour les belles images (on voit immédiatement la différence avec celles de mes repérages.).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire